« Ils peuvent nous faire dire n'importe quoi, nous dire n'importe quoi, mais ils ne peuvent pas nous obliger à y croire »
Georges Orwell « 1984 »

fric, thune, pèze, oseille, flouze, monnaie, sous, pognon, purée, billet, magot, bifetton, pépettes, roupies de sansonnet, blé, pactole, grisbi...

De nos jours comme autrefois, l'argent est au dessus des hommes et des lois, il est le maître inexorable, incontesté et tyrannique.

C'est lui l'arbitre tout puissant qui fait d'un coupable un innocent. C'est un juge aveugle qui paralyse la justice. Il fait naître autour de lui des dévouements et des sentiments que rien n'explique.

Les rapports à l'argent sont multiples : une « terre promise » pour les uns, une  religion à « investir » pour les autres. Pour d’autres encore l'argent sert à créer du lien et de la solidarité pour bâtir des communautés.

Pour beaucoup enfin, c’est une panacée universelle qui est remplie de promesses, de rêves et d’espoirs.

Je vous embarque au cœur de l’univers troublant de l'argent et de ses «titres de valeurs»...

 

Une conférence turbulente révélatrice des crispations de notre temps...

Ma légitimité ? : Oui, je parle d'économie et pourtant je ne suis pas économiste, ni banquier, ni spécialiste de l'argent. Je suis conteur, je sais raconter des histoires... mais je suis aussi citoyen !

Comme vous, j'utilise la monnaie, j’ai un compte en banque, une carte bleue et à ce titre tous les dysfonctionnements liés à l'argent dans la société me regardent, nous regardent tous d'une manière ou d'une autre.

C'est donc comme citoyen que je m'exprime, c'est comme citoyen que je trouve une certaine légitimité à parler d'argent, de monnaie, de pépettes, de flouze, de tunes, de biftons...alors  qu'habituellement ce n’est pas tellement ma tasse de thé !
Autant vous dire que c'est un sujet difficile et complexe  pour moi. Même (et surtout !) quand j'entends les économistes parler : je n'y comprends rien ou pas grand chose. D'ailleurs tenez écouter cet extrait d'émission de radio...

 

Économie, financiarisation, mondialisation, paradis fiscaux, loi du marché, concurrence libre et non faussée, dette, déficit, PIB, inflation, déflation, "effet levier", etc, etc, etc.

Ces termes entendus à longueur de journée et qui donnent l’impression d’aller de soi, méritent pourtant d’être déconstruits.
L’économie sidère trop souvent les citoyens que nous sommes et le but de cette conférence est de décomplexer notre rapport à cette discipline.
Les discours médiatiques dominant développent toujours la même idée selon laquelle l’économie serait un domaine tellement complexe que les citoyens ordinaires se verraient incapables de l’aborder, de le comprendre et de l’analyser ou simplement de le questionner. 

je suis parti du postulat inverse :  La monnaie devrait redevenir un bien publique et l’économie appartenir à tous.

D’où la nécessité de ré-interroger ses fondements d’une manière critique... mais aussi humoristique.
Dans ma conférence il n’est pas question d’apporter des réponses définitives  à un sujet aussi complexe

mais de fournir  des outils pour débattre et comprendre,

afin de se ré-approprier un sujet qu’on voudrait  réservé à certains spécialiste ou élites.…

 

 

la politique est l'art d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde"

Paul Valery